contact@la-recherche-du-savoir.fr

La création de l’homme dans le Coran

La création de l’homme dans le Coran

« Et Nous avons très certainement créé l’homme d’un extrait d’argile, puis Nous en avons fait une goutte de sperme dans un reposoir protégé, puis Nous avons fait du sperme une adhérence [‛alaqatane : عَلَقَةً۬]. De cette adhérence, Nous avons créé une substance mâchée [moud-ghatane : مُضۡغَةً], et de cette substance mâchée Nous avons créé des os et avons revêtu les os de chair [lahmā : لَحۡمًا]. Ensuite, Nous l’avons transformée en une toute autre création. Béni soit Allah, le Meilleur des créateurs ! »

Coran, sourate 23, « Al-Mou’minoūne » (Les croyants), versets 12-14

Voici les étapes de la création de l’homme décrites par ce passage :

Extrait d’argile

Cette référence désigne la création d’Ādam : d’après le Coran, le père des hommes a été créé d’argile. On peut noter que les composants de l’argile se retrouvent, en petite quantité, au sein du corps humain.

Goutte de sperme

Le Coran apporte une précision intéressante : seule une petite partie du sperme engendre l’humain, et non le liquide dans son ensemble.

Le verset suivant offre un détail supplémentaire :

 « Nous avons créé l’homme d’une goutte de sperme mélangée (à des composantes diverses) [amchādjin : أَمْشَاجٍ] (…) »

Coran, sourate 76, « Al-Insān » (L’homme), verset 2

Nous savons aujourd’hui que les spermatozoïdes représentent seulement 1 % du volume total de la semence masculine ; cette substance est avant tout composée du liquide séminal (environ 70 %), puis des sécrétions prostatiques (15 à 20 %), ainsi que d’autres éléments. À l’époque où le microscope n’existait pas, nul n’était censé savoir que le sperme était composé de ce mélange complexe.

Autre précision intéressante, que l’on trouve dans la 53ème sourate :

 « C’est Lui qui a créé le couple, le mâle et la femelle, d’une goutte de sperme (…) »

Coran, sourate 53, « An-Nadjm » (L’étoile), versets 45-46

On peut exciper de ce passage que le sexe mâle ou femelle de l’humain est déterminé par la goutte de sperme. C’est en effet ce qui fut découvert en 1912 : l’existence du chromosome X ou du chromosome Y dans le spermatozoïde fécondant déterminera le sexe de l’enfant.

‛Alaqatane (Adhérence, caillot, sangsue)

Le motعَلَقَةً۬ [‛alaqatane] utilisé ici a trois sens, qui ne s’excluent pas mutuellement :

  1. « caillot de sang » ;
  2. « adhérence », « quelque chose qui s’accroche » ;
  3. « sangsue ».

Le mot arabe utilisé dans le verset semble bien représenter l’état de la situation, à ce moment précis ; lors de la fécondation, le gamète mâle (spermatozoïde) pénètre dans le gamète femelle (ovule), pour former la cellule-œuf.

  1. La cellule-œuf forme un amas de cellules qui ressemble à un « caillot de sang » (l’embryon est à ce moment composé d’une grande quantité de sang) ;
  2. Elle va migrer pour s’accrocher à la muqueuse utérine, afin de se développer : c’est la nidation. D’où les mots « adhérence », « quelque chose qui s’accroche » ;
  3. En s’accrochant dans l’utérus de la femme, la cellule-œuf va pouvoir ponctionner des nutriments à partir de son hôte. D’où le sens de « sangsue ».

Il semble que les physiciens de la Grèce antique, ainsi que des scientifiques hébreux, avaient déjà identifié que l’embryon ressemblait à un caillot de sang suspendu dans son réceptacle (d’après le Corpus Medicorum Graecorum). Ces révélations s’accordent donc avec leur époque, même si on peut douter que les peuples arabes aient eu connaissance de ces informations, étant donné qu’ils n’avaient pas accès à ces ouvrages, ni les moyens de les décrypter.

Notons que la sangsue est remarquablement semblable à l’embryon âgé d’environ 20-25 jours. À ce moment, l’embryon est minuscule (environ 3,5 mm). En outre, cette ressemblance vis-à-vis de la sangsue est très brève, environ 5 jours ; c’est à partir d’une trentaine de jours que l’embryon se distingue nettement de la sangsue.

Différents stades du développement humain

Moud-ghatane (substance mâchée)

Souvent traduit par « embryon », le mot « moud-ghatane » [مُضۡغَةً۬] désigne en réalité une « substance mâchée », « chair mâchée ». Or, en comparant une gomme mâchée à un embryon d’environ 25 jours, on observe de grandes similarités.

Os et chair

Le mot « lahmā » [لَحۡمًا] utilisé dans le verset désigne la chair qui se trouve entre la peau et l’os [1]. Cela semble donc correspondre aux muscles qui se rattachent aux os.

Une tout autre création

À l’issue de ce développement, une « toute autre création » en résulte. Cette expression est adaptée : non seulement l’être humain et l’embryon ont une apparence très différente, mais en plus, l’embryon de l’homme est initialement très peu distinct de celui des oiseaux, reptiles, poissons ou amphibiens. C’est seulement après quelques semaines de développement que les différences entre les espèces sont mises en évidence.

Embryon après sept semaines

Cette description dépasse largement les connaissances médicales du VIIème siècle, du moins dans cet endroit du monde : les peuples arabes des régions du Hidjāz / Nedjd (Arabie) et du Chām (Syrie, Jordanie) n’étaient pas très avancés dans le domaine médical. Leurs voisins étaient plus développés, mais on peut douter qu’ils aient eu connaissance de détails aussi précis.

Ce n’est qu’au XXème siècle que nous avons pu retracer avec exactitude les différentes étapes de la création de l’homme, à partir du spermatozoïde et de l’ovule.

Pourtant, le récit de la création de l’homme décrit précédemment ne souffre d’aucune contradiction, aussi bien dans ce passage que dans le reste du Coran, où il est souvent question de la création de l’homme.

Notons qu’une telle description n’existe pas dans les textes de l’Ancien ou du Nouveau Testament.

Si vous êtes intéressé(e) par ces aspects singuliers du Coran, nous vous invitons à découvrir notre livre “Miracles et signes divins dans le Coran” :


[1] Source : العرب لسان [Lissān-al-‛arab, « la Langue des Arabes »], dictionnaire encyclopédique de la langue arabe (ouvrage de référence)

Suivre et partager :
error

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *