contact@la-recherche-du-savoir.fr

Conférence à la Rencontre Annuelle des Musulmans de France 2018 (RAMF) – 1er avril 2018

Conférence à la Rencontre Annuelle des Musulmans de France 2018 (RAMF) – 1er avril 2018

Dans cette conférence, je retrace mon parcours vers l’islam, et les enseignements que j’en ai tirés.

Vous pouvez trouver la retranscription de cette conférence ci-dessous :

Conférence du 1er avril 2018 à la RAMF

Logo RAMF 2018

Alhamdoulillah, wa salatou wa salam ‘ala rassoulillah, wa ‘ala ālihi wa sahbihi, tassliman kathira

Amma b’ad. As-salam ‘aleykoum wa rahmatoullah, bonjour à tous.

Je suis heureux de prendre la parole aujourd’hui, et j’espère que mon intervention vous sera bénéfique.

Etant donné que le thème est “ la lumière du Coran”, j’en profiterai pour vous présenter mon parcours, et comment j’en suis venu à écrire mon livre intitulé “Miracles et signes divins dans le Coran”.

À la fin de mon intervention je vous exposerai certains des enseignements de ces dernières années, afin que vous puissiez en tirer des leçons dans votre quotidien

Mon parcours

Alors je suis âgé de bientôt trente ans, j’ai fait des études juridiques à Paris et j’ai obtenu mon diplôme d’avocat en 2013. Je suis issu d’une famille chrétienne catholique, et j’ai été baptisé. Etant donné que j’étais l’aîné, mes parents ont insisté sur l’éducation religieuse et j’ai donc fait mon catéchisme, en faisant la communion et la confirmation (qui sont deux sacrements chez les chrétiens catholiques).

J’ai donc appris des principes chrétiens, et nous allions occasionnellement à l’église. Néanmoins cela restait rare et nous parlions peu de religion à la maison.

Au fur et à mesure du temps je me suis éloigné du christianisme pour avoir un point de vue plutôt déiste, sinon agnostique par moment.

Par contre je priais chaque soir et je maintenais un lien spirituel avec Dieu

Apprentissage des bases de l’islam

Comment je me suis intéressé à l’islam ?

Je n’avais jamais été pour ni contre l’islam auparavant. J’avais des amis musulmans dès le lycée, et certains principes de l’islam me plaisaient, comme la zakat.

J’ai toujours été intéressé par les sujets liés à l’au-delà, à notre avenir après la mort.

J’écoutais parfois des émissions sur le sujet, mais l’élément déclencheur a été la fin de mes études. C’est vraiment là que j’ai eu le temps de creuser ces questions que je n’avais pas eu le temps d’approfondir.

Vidéos sur l’histoire de l’islam et des musulmans

En 2013, je suis tombé sur des vidéos YouTube parlant de l’histoire des musulmans et de l’islam. J’en ai écouté beaucoup, et cet aspect historique m’a beaucoup plu. Ensuite, les récits des compagnons et du prophète m’ont inspiré, et ont nourri ma soif d’en savoir plus.

Ce qui m’a d’abord frappé, ce sont les points communs entre l’islam et le christianisme. J’ai été très surpris de découvrir que Jésus était un prophète chez les musulmans.

Découverte du livre de Maurice Bucaille : « La Bible, le Coran et la science »

Suite à cela, je me suis penché sur le Coran. J’ai parlé de mon intérêt de l’islam à une amie de lycée, et elle m’offrir un mushaf avec une biographie du prophète (‘aleyhi salatou wa salam), écrit par Etienne Dinet (rahimahoullah). J’ai commencé à lire ces deux livres.

Fin 2013, à un mariage à Strasbourg, j’ai rencontré un converti à l’islam, qui était issu d’une famille de Témoins de Jéhovah. Il m’a alors conseillé le livre « La Bible, le Coran et la science » écrit par Maurice Bucaille (rahimahoullah).

Pour rentrer à Paris, j’ai pris un covoiturage, et il s’avère que les conducteurs étaient des musulmans originaires de Nancy. Nous avons discuté et je leur ai parlé de mon intérêt pour l’islam, et de ce livre de Maurice Bucaille.

Pendant le voyage, ils devaient faire un passage à leur domicile et Nancy, et voilà que l’épouse du conducteur m’amène le livre de Maurice Bucaille dont je venais de parler !

Les jours suivants j’ai dévoré le livre et ma foi se raffermit. J’ai eu le sentiment de toucher à la vérité ; plus je faisais des recherches et plus j’étais convaincu que l’islam était la religion à suivre.

Je suis également tombé sur des vidéos de prêcheurs américains, qui parlaient d’autres miracles du Coran. Le temps passait et je me sentais de plus en plus « musulman ». Peu à peu, je réfléchissais à franchir le pas. Je me mis à apprendre comment faire la prière selon les règles islamiques.

Soumission à Allah

J’étais donc touché par le message de l’Islam et par les enseignements du Prophète mais je n’avais pas franchi le pas. Je reportais toujours le moment de mon attestation de foi.

La famille que j’avais rencontré lors du covoiturage m’avait invité à venir lors du rassemblement des musulmans de France, fin avril 2014.

Reconversion à l’islam au Bourget (RAMF 2014)

Sur place j’ai rencontré beaucoup de personnes intéressantes et je discutais avec quelques hommes. L’un d’entre eux m’interpella et était étonné que je connaisse autant de choses sur l’islam. Il était très surpris que je ne sois pas encore musulman, et moi je lui faisais part de mes hésitations. Alors il me dit qu’on se trouve toujours des excuses… Par exemple, on se dit : “aujourd’hui c’est pas le moment”, “un autre fois”… Et il m’a cité une excuse qui m’a marqué : “aujourd’hui je suis fatigué”… et justement c’est ce qui m’était venu à l’esprit juste avant !

J’ai vu un signe et cela m’a poussé a accepté la proposition de ses frères donc je me suis converti au Bourget, alhamdoulillah [Louanges à Allah].

J’ai nommé ce chapitre “soumission à Allah” car pour moi ma conversion n’était pas un choix, c’était un devoir ; j’avais toutes les preuves devant moi, et je devais l’accepter.

Si j’avais refusé de me convertir, ça aurait été nier la vérité qui était devant mes yeux.

Suite à cela, vient la question du “pourquoi” de l’écriture de mon livre sur le Coran.

Pourquoi j’ai écrit ce livre

Après ma conversion à l’islam, j’ai commencé à apprendre ma religion, à maîtriser les règles de la prière, à fréquenter la mosquée proche de chez moi, à travailler…

Toutefois, j’ai été éprouvé par des baisses de foi. Même si je restais régulier dans ma pratique, je ressentais des doutes.

Du coup, j’ai entrepris de noter dans un carnet les miracles et signes divins du Coran. Quand je les lisais, je me disais : “Ah oui quand même, on voit bien que des humains n’ont pas pu écrire ce livre !” C’était sans cesse un rappel.

Puis j’ai voulu aller plus loin donc j’ai commencé à détailler ces miracle et à traduire du contenu anglais. Petit à petit, en prenant dans mon temps libre, j’ai pu étoffer ce brouillon et l’idée d’un livre a germé dans ma tête.

Le but était de compiler les miracles et signes divin dans le Coran, en enlevant toutes les choses ambiguës ou sur laquelle il n’avait pas de preuve forte.

Je voulais aussi être synthétique parce qu’il existait des ouvrages sur le sujet qui étaient vraiment trop long et difficiles à lire. Donc le choix de la concision et de la pertinence a guider mon travail, et c’est finalement fin 2017, après un long travail, que j’ai pu auto-éditer mon livre.

A présent j’aimerais vous exposer rapidement quelques points du livre, des signes divins qui m’ont marqué.

Quelques miracles et signes divins qui m’ont marqué

Un des miracles les plus évidents qui m’a marqué est les occurrences de ‘Issa et de Adam dans le Coran.

Adam et ‘Issa dans le Coran

  • Ces deux prophètes n’ont pas de père et tous les deux sont cités 25 fois très exactement dans le Coran.
  • De plus, il y a un seul verset dans le Coran où les deux sont cités ensemble, et avant ce verset ‘Issa est cité 6 fois, et Adam 6 fois également, et après ce verset ils sont cités logiquement 18 fois.
  • De plus, la 19ème apparition de ces deux prénoms est à la 19ème sourate.

Palindrome

Dans le 3ème verset de la sourate 74, on observe un palindrome. Ainsi, on peut lire la phrase de droite à gauche ou de gauche à droite.

Le verset du marchepied

On peut aussi voir un autre signe dans le célèbre verset du marchepied (ayat-oul-kourssiy).

  • La première et la dernière partie citent deux noms d’Allah.
  • La deuxième et l’avant-dernière partie parlent de l’absence de fatigue d’Allah.
  • La troisième et l’avant-avant-dernière partie parlent des cieux et de la terre.
  • Ensuite, il est question de la permission d’Allah pour l’intercession et le savoir, et enfin, le milieu fait une transition entre les deux parties.

Ce sont des signes parmi d’autres que j’ai cités dans mon livre.

Je vais maintenant passer à ma dernière partie, sur les enseignements liés à ma conversion.

Enseignements liés à ma conversion

La recherche du savoir + Invocations

Soyez toujours à la recherche de savoir : invocation “Rabbi zidni ‘ilma” ou “Allahoumma inni as’alouka ‘ilman nafi’an wa rizqan tayyiban wa ‘amalan moutaqabbalan”. Je pense qu’il ne faut jamais s’arrêter de chercher, et se dire que le cerveau a de grandes ressources qu’on n’utilise pas assez. Pour moi, l’omniprésence des écrans, des téléphones et des réseaux sociaux est souvent nuisible pour l’apprentissage et la recherche, c’est pour ça que j’essaye de les limiter (mais ce n’est pas toujours évident, ma femme peut en témoigner).

Les objectifs

Il n’est pas toujours nécessaire d’avoir des objectifs précis pour accomplir des choses : je n’avais pas l’objectif d’écrire un livre, pourtant cela s’est fait avec du travail, beaucoup de travail.

Les baisses de foi

Acceptez les baisses de foi, et luttez pour renforcer votre “iman” : beaucoup de personnes culpabilisent lorsqu’ils ressentent une baisse de foi, et c’est tout à fait légitime. Même à l’époque du prophète (‘aleyhi salatou wa salam), beaucoup ont douté et ont osé ne pas croire. Nous avons du mérite de croire en son message, alors que nous ne l’avons jamais rencontré.

De ce point de vue, il me semble contre-productif de s’accabler en cas de baisse de foi, car la foi peut fluctuer. Je vois qu’il y a beaucoup d’auto-flagellation dans la communauté, et parfois cela n’est pas toujours bénéfique. À mon sens, il est plus pertinent d’être plus doux avec soi-même et d’être proactif en travaillant pour combler ces faiblesses, avec la permission d’Allah.

Ainsi, pour moi, répertorier les miracles et signes divins du Coran m’a aidé pour consolider ma foi. Les bonnes œuvres aident aussi. Chacun doit trouver les actions qui leur permettront de renforcer leur foi.

L’importance de la patience

Soyez patients avec les non-musulmans. Il faut être tolérant envers les autres et ne pas désespérer. Il faut aussi comprendre que si une personne est touchée par le message de l’islam, cela peut lui prendre encore du temps pour se reconvertir ; j’ai mis plus de 6 mois pour me convertir alors que j’étais déjà convaincu intérieurement. Il faut donc être patient mais ne pas pour autant être laxiste… nous devons faire l’effort et les causes, et c’est Allah qui guide.

J’espère que cet exposé vous aura plu !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *