contact@la-recherche-du-savoir.fr

Les bienfaits des dattes pour la femme enceinte

Les bienfaits des dattes pour la femme enceinte

Dans la sourate 19, Maryam (Marie) va donner naissance à ‛Īssā (Jésus). Le récit de sa grossesse, puis de son enfantement, est décrit ainsi :

« Elle devint donc enceinte de lui (l’enfant), et elle se retira avec lui en un lieu éloigné. Puis les douleurs de l’enfantement l’amenèrent au tronc du palmier, et elle dit : “Malheur à moi ! Que je fusse morte avant cet instant ! Et que je fusse un oubli qu’on oublie !” Alors, il l’appela d’au-dessous d’elle, (lui disant) “Ne t’afflige pas. Ton Seigneur, certes, a placé au-dessous de toi une source. Secoue vers toi le tronc du palmier : il fera tomber sur toi des dattes fraîches et mûres. Mange donc et bois et que ton œil se réjouisse !” (…) »

Coran, sourate 19, « Maryam » (Marie), versets 22-26

Ce passage, qui n’existe pas dans les textes bibliques, relate une parole destinée Maryam, l’enjoignant à secouer le palmier pour s’alimenter de dattes fraîches. [1]

Un aliment riche, idéal pour la femme enceinte

Le choix de ce fruit est intéressant ; les médecins recommandent aux femmes de consommer des aliments riches en fructose le jour de l’accouchement. Or, la datte fraîche contient 20 à 25 % de sucres (notamment du fructose), et est idéale pour les femmes enceintes. La datte est un aliment fortifiant et concentré en glucides, ce qui compense la chute du taux de sucre dans le sang pendant et après l’accouchement, phénomène lié aux saignements et lochies.

Ce fruit contient aussi du fer, de la vitamine A, de la vitamine B1, du calcium et du phosphate, ainsi que du potassium (dont le manque provoque souvent des nausées chez la femme enceinte).

Des études montrent l’efficacité des dattes pour faciliter l’accouchement

Une étude de l’Université Mashhad (Iran) menée sur 63 femmes ayant tout juste terminé l’accouchement par voie basse, a montré que le groupe ayant consommé 50 grammes de dattes avait subi moins de saignements que le groupe ayant reçu 10 unités d’ocytocine intramusculaire. [2]

Une autre étude, menée en 2007-2008 par l’Université jordanienne de sciences et technologie, a comparé deux groupes de femmes. Le premier groupe, composé de 69 femmes, consommait 6 dattes par jour durant les 4 semaines précédant l’accouchement, tandis que le second groupe de 45 femmes n’en consommait pas.

Au cours de l’accouchement, les femmes ayant consommé des dattes avaient une dilatation cervicale supérieure à celles qui n’en consommaient pas (3,52 cm contre 2,02 cm) et une proportion supérieure de membranes intactes (83 % contre 60 %). Le travail spontané s’est produit dans 96 % des cas pour le premier groupe, contre 79 % des cas pour le second groupe. Le recours à la prostine/ocytocine, visant à faciliter le travail, s’est fait dans 28 % des cas pour le premier groupe, et dans 47 % des cas pour le second. La phase de latence était plus courte pour les femmes ayant consommé des dattes (510 minutes contre 906 minutes). Les scientifiques ont donc conclu que la consommation de dattes était favorable à la femme enceinte, dans les semaines précédant l’accouchement. [3]

Il est intéressant de noter que l’aliment idéal de la femme enceinte a ainsi été présenté à Maryam, mère de ‛Īssā .


[1] Les versions diffèrent quant à cette voix ; Ibn ‛Abbās a avancé qu’il s’agissait de l’ange Djibrīl, Al-Hassan a dit qu’il s’agissait de ‛Issa lui-même. Voir l’exégèse d’Ibn Kathīr pour plus de détails.

[2] Effect of dates in late pregnancy on the duration of labor in nulliparous women – Shiraz E Medical Journal 8 (2) : 64-71, avril 2007

[3] The effect of late pregnancy consumption of date fruit on labour and delivery – J. Obstet. Gynaecol., 31 (1) : 29-31, 2011

Suivre et partager :
error

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *