contact@la-recherche-du-savoir.fr

Des rimes liées aux thèmes abordés, dans certaines sourates du Coran

Des rimes liées aux thèmes abordés, dans certaines sourates du Coran

Coran

Le Coran parvient à conjuguer une prose dense et subtile, avec un texte agréable à lire et entendre, contenant beaucoup de rimes. Pourtant, tout poète sait qu’il est difficile de conjuguer forme et contenu, et que cela demande des heures de travail. Or, non seulement les rimes sont nombreuses, mais en plus, elles peuvent s’adapter au contexte et changent souvent selon les thèmes abordés.

En voici un exemple :

Sourate 100, « Al-‛ādiyāt » (Les coursiers)

Traduction rapprochée Fin du verset (prononciation)Thème
Par les chevaux qui galopent en haletant … dabhāLes chevaux de bataille
fin du verset en « -ā »
Qui font jaillir des étincelles, … qadhā
Qui attaquent au petit matin, … soubhā
Faisant ainsi voler la poussière, … naq‛ā
Puis qui enveloppent un groupe … djam‛ā
Vraiment, l’homme est ingrat envers son Seigneur, … lakanoūdL’ingratitude de l’homme et ses défauts
fin du verset en « -d »
Et il est, certes, témoin de cela (contre lui-même), … lashahīd
Et pour l’amour des richesses, il est certes ardent. … lashadīd
Ne sait-il donc pas que lorsque sera bouleversé ce qui est dans les tombes … fil-qouboūrLe jour du Jugement et l’heure des comptes
fin du verset en « -our »
Et que sera dévoilé ce qui est dans les poitrines … fis-soudoūr
Ce jour-là (le jour du Jugement), certes oui, leur Seigneur sera parfaitement informé d’eux ? … l-lakhabīr

On peut décomposer cette sourate en trois parties, selon le sujet. Or, pour chaque partie, la rime diffère : pour les cinq premiers versets, la rime est en «  », pour les trois suivants, elle est en « -d », et pour les trois derniers, elle est en « -r ».

Un schéma similaire se retrouve dans la sourate 90 :

Sourate 90, « Al-Balad » (La Cité)

Traduction rapprochée Fin du verset Thème
Non ! Je jure par cette cité (La Mecque) … albaladLe serment sur la Mecque, paroles sur l’homme et sur le mécréant
fin du verset en « -ad » ou « -da » (v. 6 uniquement)
Et toi (ô Mouhammad), tu es un résident de cette cité. … albalad
Par le père (Ādam) et ce qu’il engendre (l’humanité) ! … walad
Nous avons certes créé l’homme pour une vie de lutte. … kabad
Pense-t-il (le mécréant) que personne ne pourra rien contre lui ? … ahad
Il dit : « J’ai dépensé énormément d’argent (pour combattre). » … loubada
Pense-t-il que nul n’a vu ce qu’il a fait ? … ahad
Ne lui avons-Nous pas donné deux yeux, … ‛aynaynInterpellation, questions rhétoriques sur l’homme
fin du verset en « -ayn »
Une langue ainsi que deux lèvres (pour s’exprimer) ? … shafatayn
Ne lui avons-Nous pas indiqué les deux voies (du bien et du mal) ? … an-najdayn
Or, il ne s’engage pas dans la voie difficile ! … al-‛aqabahDescription des deux voies : la voie difficile (celle du Paradis), la voie des dénégateurs (celle de l’Enfer)
fin du verset en « -ah »
Et qui te dira ce qu’est la voie difficile ? … al-‛aqabah
C’est d’affranchir un esclave, … raqabah
Ou nourrir, en un jour de famine, … massghabah
Un proche parent orphelin, … maqrabah
Ou un pauvre dans le besoin. … matrabah
Et c’est être, en plus de tout cela, de ceux qui croient, se recommandent mutuellement l’endurance et se recommandent mutuellement la miséricorde. … l-marhamah
Ceux-là seront les gens de la droite (au Paradis). … l-maymanah
Ceux qui ne croient pas en Nos versets seront, quant à eux, les gens de la gauche … l-mash’amah
Ils seront dans un Feu qui se refermera sur eux. … mou’ssadah

Encore une fois, on constate que les rimes s’accordent selon le sujet abordé (avec une variation dans le sixième verset, en « -da » au lieu de « -d »).

Le procédé décrit se retrouve encore dans d’autres sourates ; nous avons choisi deux sourates courtes (situées vers la fin du Coran), qui se prêtent bien à cet exercice, mais on peut distinguer le même schéma dans de nombreux autres passages du livre.

Ainsi, une autre sourate plus longue observe la même logique, il s’agit de la sourate 19, « Maryam » (Marie), qui comporte 98 versets et est assez longue (environ 20 minutes pour la lire entièrement) :

Sourate 19, « Maryam » (Marie)

Passage Fin du verset Thème
Versets 2 à 33Rimes en « -iya » : يّا
« aï-a »  يْـٔا (v. 9 uniquement) Sonorité douce.
Assonance : répétition de la voyelle « a »
Narration : Histoire de Zakariyā (Zacharie) et de son fils Yahya (Jean). Histoire de Maryam (Marie) et de son fils ‛Īssā (Jésus)
Versets 34 à 40Changement brusque : « -ounn » : ون « -ounn » : ون « -imm » : يم « -imm » : يم « -inn » : ين « -ounn » : ين « -ounn » : ون
Allitération : répétition des consonnes « m » et « n »
Mise au point soudaine et solennelle au sujet de la divergence concernant ‛Īssā (Jésus). Évocation du Jour du Jugement.
Versets 41 à 74Reprise de la rime initiale : « -iya » : يّا  Retour à la narration : Des versets 41 à 58, Histoire d’Ibrāhīm (Abraham), de Moūssā (Moïse), et d’autres prophètes.
À partir du verset 59, évocation des « générations » successives, du Paradis et de l’Enfer.
Questionnement des négateurs sur la résurrection et leur situation terrestre. (Le verset 74 fait écho au verset 59)
Versets 75 à 98 Rimes identiques : « -a » : اÉvocation de la puissance d’Allah, récusation des affirmations de certains hommes sur des sujets liés à l’Invisible (attribution de la subsistance, prétendu enfantement divin). Évocation du Jour du jugement et du devenir des hommes.
Conclusion sur l’évocation des « générations » disparues.
(le dernier verset de la sourate fait écho aux versets 59 et 74).

Cette dernière sourate est donc construite de façon très fine, avec des rimes liées au contexte et des passages qui se font écho (sans toutefois se répéter).

Ces subtilités ne peuvent être saisies lorsqu’on lit la traduction française ; ainsi, beaucoup de ceux qui lisent des exemplaires du Coran traduits sont déstabilisés par l’organisation prétendument désordonnée des sujets abordés. Certains peuvent logiquement penser que les sourates passent d’un thème à l’autre sans ordre réfléchi. Or, c’est tout l’inverse : la beauté poétique du texte coranique se conjugue avec la cohérence des sujets abordés. De même, les sujets abordés se répètent d’une sourate à l’autre, à chaque fois d’une façon différente, pour mieux infuser dans l’esprit du lecteur ; c’est un rappel pour l’homme, afin qu’il n’oublie pas les points précédemment abordés. En outre, les rimes et le rythme entraînant du livre sont des moyens facilitant son apprentissage. Le style coranique est donc au service du message destiné au musulman.

Une réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *