contact@la-recherche-du-savoir.fr

Conférence d’Aïssam Ait Yahya : « Laïcité et émergence de l’esprit laïque en Turquie » – 26 septembre 2020 – Quelques points clés

Conférence d’Aïssam Ait Yahya : « Laïcité et émergence de l’esprit laïque en Turquie » – 26 septembre 2020 – Quelques points clés

Je vous partage ici le lien d’une conférence dans laquelle est intervenu l’auteur et enseignant Aïssam Ait Yahya, dont le sujet est : Laïcité et émergence de l’esprit laïque en Turquie. Le sujet de la Turquie est limité aux dix dernières minutes, l’exposé étant davantage consacré à l’idéologie laïque, ses tenants et aboutissants.

Quelques points clés

L’auteur aborde certains points intéressants, dont les suivants :

La genèse de la laïcité et de la séparation, en Occident, entre la sphère spirituelle et temporelle (sur le fondement du célèbre verset « Rendez à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu », lequel a été mésinterprété pour servir des intérêts opposés à l’autorité religieuse).

– Sa spécificité française et l’évolution de l’enseignement de la laïcité en France (qui est aujourd’hui plus insidieuse à l’école, prétendant aiguiser l’esprit critique des élèves tout en leur exposant le paradigme occidental comme l’horizon indépassable, certes perfectible mais prétendument le meilleur qui existe).

La distinction entre laïcité et sécularisation (la sécularisation est plutôt un détachement passif et subi vis-à-vis du fait religieux, alors que la laïcité est plus active, c’est davantage une idéologie conceptualisée par des hommes, un projet).

L’idée d’« émergence » de la laïcité est incorrecte, car cette acception consiste à penser qu’un terreau existe à l’origine, et qu’il suffit de certaines conditions pour qu’elle grandisse. Or, c’est une idéologie installée, de gré ou de force, par des personnes ; c’est un processus actif et non passif. En terres islamiques, la laïcité n’a jamais été naturelle ; son implantation s’est faite de force.

L’origine théorique de la sécularisation de la société, notamment occidentale : elle se base sur une meilleure maîtrise des éléments par les hommes ; se sentant plus forts, davantage maîtres d’eux-mêmes et de l’environnement, ils se détachent du divin.

L’expansion de cette sécularisation, notamment au travers de la relation dominant-dominé : le dominé copie, volens nolens, l’idéologie d’un dominant admiré voire fantasmé.

La sécularisation concrète de la société musulmane au travers des détenteurs du pouvoir : ce sont eux qui prennent d’abord des libertés quant aux principes religieux

– L’étonnante et de prime abord paradoxale intolérance des idéologies séculières (qui ne supporte pas la remise en question ni l’alternative ; à mettre en parallèle avec l’islam qui, sans cautionner le dogme étranger, n’a pas vocation à exterminer l’alternative, voir en ce sens la sourate Al-Kafiroune), ceci étant lié à l’absence de transcendance.

– L’évolution imprévisible du concept de la laïcité, un concept qui n’est pas stable : la conception de la laïcité en 1905 n’est plus la même un siècle plus tard.

L’exemple turc : la Turquie était considérée depuis quelques décennies comme un modèle à suivre, mais la perception est aujourd’hui beaucoup plus négative car elle ne reproduit plus le « modèle » français. Au contraire, son retour vers l’islam engendre beaucoup de défiance. Aïssam Aït Yahya évoque aussi le fait que Mustafa Kemal n’était pas le seul défenseur de la « laïcisation » de la Turquie : il avait en effet des prédécesseurs quelques décennies avant lui.

Conclusion

Je vous recommande grandement cette intervention d’environ 1 heure et quart. Vous pouvez la télécharger en format mp3 ci-dessous (clic droit + « Enregistrer le lien sous… »)

Lien mp3 conférence Aïssam Ait Yahya Laïcité et émergence de l’esprit laïque en Turquie

Pour aller plus loin

Je vous invite également à vous pencher sur les ouvrages de l’intervenant, que vous pourrez retrouver aux éditions Nawa : Editions Nawa – Aïssam Ait Yahya

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.